Jasmine Morand


CRÉATION 2020

Concept, chorégraphie Jasmine Morand

Danse et collaboration chorégraphique Elodie Aubonney, Fabio Bergamaschi, Sarah Bucher, Claire Dessimoz, Eléonore Heiniger, Krassen Krastev, Ismael Oiartzabal, Valentine Paley, Angela Rabaglio, Simon Ramseier, Amaury Reot, Luisa Schöfer, Marco Volta  

Assistanat chorégraphique  Fabio Bergamaschi, Claire Dessimoz

Aide à la recherche Philippe Chosson, Céline Fellay
Scénographie Neda Loncarevic

Construction Atelier Midi XII

Musique Dragos Tara
Lumière Rainer Ludwig

Costumes Toni Teixeira

Assistants costumes Corina Pia, Ivan P. Matthieu

Direction technique Hervé Jabveneau

Régies son et lumière Louis Riondel & Julien Perret

Administration Marianne Caplan

Production Artemisia Romano

Diffusion & production France Florence Francisco et Gabrielle Baille - Les Productions de la Seine

 

Durée 1 heure 

Public Tout public

 

Production Prototype Status
Coproductions La Bâtie -  Festival de Genève, l’Esplanade du Lac - Divonne-les-Bains, Le Reflet, Théâtre de Vevey, Théâtre Benno Besson - Yverdon-les-Bains, Équilibre-Nuithonie – Fribourg, Manège, scène nationale – Reims
Pré-achats Théâtre de Châtillon, Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine, Le Passage - Neuchâtel (co-accueil avec l'ADN)

Résidences Dansomètre – Espace de création chorégraphique - Vevey, Césaré, centre national de création musicale – Reims

Avec le soutien de Label + romand - arts de la scène, Canton de Vaud, Ville de Vevey, Loterie Romande, Fondation Ernst Goehner, Fondation Sophie und Karl Binding, Fonds culturel de la Société Suisse des Auteurs (SSA), Pro Helvetia, Fondation Nicati-de-Luze



LUMEN

LUMEN est né d’une promesse intime de mon enfance, où comme une évidence j’avais saisi que l’obscurité gardait pour elle la beauté́ du monde.

Jasmine Morand

 

Le regard scrute l’horizon en quête d’images. De l’obscurité naissent des corps, fragmentés, glissants, se démultipliant comme un rituel contagieux. Les formes se tissent, mais n’appartiennent à personne, ou pas encore. Une confusion, une chaîne, un maillon qui se profile, un abandonné, non un élu. Quelque chose de sacré, de charnel se devine, même au travers du monochrome qui progressivement baigne les corps et les révèle. Tant enlacés que délaissés, ceux que l’on aperçoit ne peuvent plus être ignorés. Alors ils habitent soudainement l’espace, l’occupent, l’envahissent, s’emparent de l’air, absorbent les regards, réfléchissent la lumière et aveuglent le voyeur plongé dans une infinie blancheur.

D’un monde à l’autre, d’un infini à l’autre, du noir au blanc, la pièce est plus qu’une expérience rétinienne. Elle est une traversée où surgissent nos espoirs, nos fantasmes, nos peurs, notre condition humaine. Elle ne rend pas de compte à la symbolique sociale occidentale qui évoquerait le dualisme, l’enfer et le paradis, le vainqueur et le vaincu, mais au contraire abolit les distances, les limites et les frontières pour souligner de façon manifeste que nous avons le droit d’être vus, parce que nous sommes tous ici présents et vivants.

 

Cette création pour 13 danseurs propose un dispositif scénique et lumineux prenant racine dans l’obscurité pour converger vers l’éblouissement. D’un infini à l’autre, du noir au blanc, LUMEN est une traversée jouant avec les perceptions des spectateurs, entre ce qu’ils imaginent et ce qui se laisse voir. Stimulant le besoin d’intercepter et interpréter ce qui apparaît au regard, la pièce plonge les spectateurs dans une expérience à la fois introspective et picturale.

L’augmentation graduelle de la puissance lumineuse permet de distinguer des éléments de chair. L’écriture du mouvement, inspirée du tissage, évoque des textures, des volumes qui se forment et se résorbent.

Les corps, d’abord étendus sur un plan incliné vers le fond de la scène, se révèlent dans le reflet d’un miroir géant positionné au-dessus des danseurs. Effacer les horizons, fausser les points de fuite, tout est mis en œuvre pour troubler la perception du réel. Très lentement la scène bascule vers le public, révélant les danseurs, et le miroir devient lui-même source de lumière postulant que ce qui se trouve sous nos yeux ne peut être ignoré.

 


DATES DE REPRÉSENTATION

8 & 9 octobre 2021 

Théâtre de Châtillon, en partenariat avec le Théâtre Jean-Vilar, Vitry-sur-Seine (FR)

12 février 2021  | Reporté

Théâtre Jean-Vilar, Vitry-sur-Seine (FR)

5 février 2021  | Reporté

Théâtre de Châtillon (FR)  

5 novembre 2020 Première française | Annulé 

Manège, scène nationale - Reims / Festival Born to be a live (FR) 

22 octobre 2020

Théâtre du Passage, Neuchâtel (CH)

Co-accueil avec l'ADN - Association Danse Neuchâtel


8 & 9 octobre 2020

Équilibre Nuithonie, Fribourg  (CH) 

 1 & 2 octobre 2020

Théâtre Benno Besson - Yverdon-les-Bains  (CH) 

24 & 25 septembre 2020 | Première 

Le Reflet -Théâtre de Vevey  (CH)

10 & 11 septembre 2020 | Avant-Première 

La Bâtie -Festival de Genève, en partenariat avec L’Esplanade, Divonne les Bains, (FR/CH)

 

 

 





© Gregory Batardon | Michael Gabriele | Céline Michel | Alain Wicht | Julien Gremaud